Road trip in Alberta

Calgary, Alberta. On a clear day, you can see all the way over the rolling foothills to the blue and white peaks of the Rockies, as sharp and jagged as the mountains in a child's drawing.

Everybody loves going to the mountains. When I lived in Alberta, I could count twenty distant peaks from my suburban bus stop, but my Rocky forays were limited to quick weekends, sometimes with six months or more passing in between. My longer vacations were saved for far-flung destinations rather than the playground in my own backyard.

This time, the Rockies were the main attraction for the better part of a week, beginning with a hot tub plunge just outside of Banff and ending some shower-less days later in the Miette Hot Springs at the edge of Jasper National Park. In between were magical mountain days that went from early sunrise to late sunset, with moments that felt eternal: the fresh smell of pine needles in the air, the crack of the ice at the edge of still-frozen glacial lakes, the fine spray of rushing water, the reflection of the sun off the shiny feather of a bird, the daily picnics at whatever beautiful spot we found ourselves hungry in.

Everywhere was evidence of Earth as a living, moving, geological wonder: the mountains themselves cut by fast-moving waterfalls that carved canyons deep below, the avalanche and rock-slide warnings not to stop along sections of the road. And everywhere were reminders that these Parks belong to the wildlife that make their homes there. There was a herd of elk grazing along the railroad tracks in Yoho. The Icefields Parkway was the place to see no less than four bears; in spring they come down the mountain to eat delicious dandelion salads. A caribou munched in front of a sign warning vehicles of his crossing. Bighorn sheep stood roadside and mountain goats balanced on impossibly steep sides. Fish swam in crystal clear waters, deer ambled through the forest, and a raven the size of a toddler instantly recalled the trickster in First Nations legends. Incredibly, one windy evening, a lone wolf bounded along the Sunwapta nearly to our spot. After seeing and looking at us, he decided to cross the water; we watched him until he was out of sight far on the other side.

Being in the Rockies was a comforting and refreshing reminder of the beauty and timelessness of Earth; the cycles of life, water and rock that neither need nor care about humans. I woke up in  the middle of one chilly night at Beauty Creek and went outside to look up at one of the largest Dark Sky Preserves in the world. The bright light from thousands of stars in the black night was simply shocking. They will twinkle in my dreams for as long as it takes until I can be in the mountains again.

 

 

Calgary, Alberta. Par temps clair, il est possible de voir l'étendue des collines jusqu'aux sommets bleus et blancs des Rocheuses, aussi aiguisés et déchiquetés que les montagnes d'un dessin d'enfant.

Tout le monde aime aller dans les montagnes. Quand je vivais en Alberta, je pouvais voir et compter jusqu'à vingt sommets enneigés de mon arrêt de bus de banlieue. Mais mes excursions dans les Rocheuses étaient limitées à de courts week-ends, parfois espacés de plusieurs mois. Mes vacances plus longues étaient dédiées aux destinations éloignées plutôt qu'à ma propre arrière-cour.

Cette fois-ci, les Rocheuses furent l'attraction principale pour quasiment une semaine : commençant par une randonnée et une soirée barbecue-jacuzzi près de Banff et se terminant, après quelques jours de camping aux ressources limitées, dans les sources d'eau chaude naturelle de Miette au bord du parc national de Jasper. Entre les deux nous avons pu explorer chaque jour ces mystérieuses montagnes, des premiers aux derniers rayons de soleil. Nous aurions voulu que certains moments soient éternels : l'odeur fraîche des pins se balançant dans l'air, la fonte et les craquements de la glace au bord des lacs encore gelés, le brume de l'eau dévalant les cascades, le reflet du soleil sur les plumes brillantes d'un oiseau, les pique-niques quotidiens dans ces lieux d'aventures et d'explorations.

Partout était la preuve évidence de la vie de notre planète : les déplacements géologiques, les montagnes découpées par les rivières et cascades se transformant en profonds canyons, les avalanches et les avertissements d'éboulements nous interdisant certains arrêts le long des routes. On trouve régulièrement des panneaux nous rappelant que ces parcs appartiennent à la faune et flore qui y en ont fait leurs territoires. Nous avons rencontré un troupeau de wapitis le long du chemin de fer dans le parc de Yoho, la route des glaciers fut l'endroit idéal pour voir pas moins de quatre ours; au printemps ils descendent des montagnes pour manger de délicieuses salades de pissenlits au bord des routes. À notre liste nous pouvons ajouter un caribou mâchant tranquillement juste devant un panneau avertissant les véhicules de faire attention à la vive sauvage, des mouflons et des chèvres de montagne jouant aux équilibristes au bord des falaises, un cerf à l'ombre de la forêt et un immense corbeau digne des légendes des premières nations. Mais l'incroyablement nous apparut lors d'une soirée venteuse : un loup solitaire face à notre auberge sauvage près de la rivière Sunwapta. Après nous avoir observé calmement, il a décidé de traverser l'eau sans se presser pour rejoindre la plaine et enfin la forêt; nous l'avons observé pendant presque cinq minutes jusqu'à ce qu'il soit hors de vue, loin de l'autre côté. Ce fut un moment unique et inoubliable.

Traverser les Rocheuses est un rappel consolant et rafraîchissant de la beauté de notre planète; les cycles de vie, de l'eau et de la roche qui ni n'ont besoin de personne. Je me suis réveillé au milieu d'une nuit froide lors de notre étape à Beauty Creek et suis allé à l'extérieur pour lever les yeux au ciel de ce qui est la plus grande réserve de ciel étoilé du monde (onze mille kilomètres carrés). La lumière brillante des milliers d'étoiles dans la nuit noire était simplement incroyable. Elle scintillera dans mes rêves jusqu'à ce que je puisse être dans les montagnes de nouveau.






Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: